Rencontre « Corps et arts Visuels » : ADS, Organo et le projet MASC s’interrogent ensemble

La fin de leur monde², Thibault Messac, 2020, œuvre numérique.

En amont de la 7e édition de la biennale bordelaise « Corps et arts visuels » Organo Body_Building, des corps urbains, le projet Manifestation Artistique et Scientifique sur le Corps (MASC) orchestre la rencontre entre les actrices et acteurs de la biennale et les chercheuses et chercheurs du MICA, en particulier dans son axe Arts Design et Scénographie (ADS). Dans l’esprit des travaux d’ADS qui interrogent l’impact des technologies sur la création artistique contemporaine, l’équipe a souhaité organiser une journée d’études en réunissant des artistes invités pour croiser œuvre et approche théorique de l’art, afin de questionner ensemble le corps et ses mutations hybridés aux technologies. ASTASA publiera prochainement les textes témoignant des échanges qui auront lieu le 29 novembre au Forum des arts et de la culture de Talence. A attendant, voici le programme.

10h : accueil

10h30-11h : présentation des invités
Cécile Croce, Corinne de Thoury (MICA-ADS)
Sandro Landi, Dominique Pacot (MSH)
Mohamed Bouattour, Najiba CHKIR, Ramzi Turki, (invités d’honneur),
Bernard Andrieu, Bernard Lafargue (conférenciers),
Nathalie Canals, Aurélie Martinez (Organo),
Thibault Meyssac, Ronan Charles (artistes invités)

11h – 11h30 : Conférence de Bernard Lafargue
« Rester vivant » grâce à des androïdes élégants, intelligents et bienveillants
L’être humain est aujourd’hui un cyborg cybernaute. Hybridé d’un téléphone portable qui lui ouvre les portes du monde tout en le livrant aux sirènes du net qui le catastrophent en un « dividu » asocial, nihiliste, voire inhumain (Deleuze/Stiegler), il vit au milieu de robots de plus en plus élégants, intelligents, fiables et bienveillants. De l’Andrew, si « gentleman », d’Isaac Asimov à la Klara, si psychologue, de Kazuo Ishiguro en passant par les C-3PO et R2-D2 si « fairplay » de Star Wars, tout se passe comme si l’humanité s’ingéniait à mettre au monde des androïdes habiles à la protéger de sa tentation d’« anéantissement » (Houellebecq).
Bernard Lafargue, philosophe et esthéticien, est Professeur émérite de l’Université Bordeaux Montaigne.

La fin de leur monde², Thibault Messac, 2020, œuvre numérique.

11h30-12h30 : Table ronde
« La fin du monde » autour de Thibault Meyssac : œuvre numérique en direction de Body_Building (Organo 2023), avec Bernard Lafargue, Thomas Brunel, Aurélie Martinez, Nathalie Canals, Marina Duféal. Et échange avec la salle.

14h45-15h15 : Conférence Bernard Andrieu
Des corps à vif sur les trottoirs
En se disputant le même espace, les corps s’y déplacent à des rythmes différents en roue libre, en marchant, en courant, en se trottinant ou en pédalant. Ce nouveau ballet accidentogène ouvre l’espace urbain à la pratique du mélange et du mixte mais pour quelle esthétique ?
Bernard Andrieu, philosophe des corps, est Professeur à l’Université de ParisCite.
Dernier ouvrage : Être vif être à vif, Montréal ed. Liber 2022.

15h15-16h15 : Table ronde
« Enfin du sens ! » autour de Ronan Charles, avec Bernard Andrieu, Elissar Kanso, Cécile Croce, Corinne de Thoury, Carmen Herrera Nolorve, Nicolas Nercam. Echange avec la salle.